Économie

 

Le dernier baromètre de l’UCM le démontre : le contexte économique bruxellois s’améliore,  tant en ce qui concerne le nombre de nouveaux indépendants que la  diminution des faillites.

Dans son dernier rapport,  l’UCM enregistre 1845 faillites pour le 3ème trimestre 2015, contre 2244 pour la même période en 2014, soit une diminution de 18%.  

 

Le budget 2016 pour la compétence économie s’est vu augmenter de 6,29%, preuve de l’importance de cette compétence. L’objectif pour Bruxelles : créer un environnement économique favorable, créateur de richesses et d’emplois.

En 2016, les objectifs mis en lumière en 2015 seront poursuivis, mis en œuvre et opérationnalisés. Et ce, suivant deux directions : 

 

L’économie bruxelloise ne se limite pas seulement à la création de nouvelles entreprises. La problématique de transmission d’une société est un élément tout aussi important à prendre en considération. En effet, la disparition d’une entreprise entraine, de facto, la destruction d’au moins un emploi mais aussi du savoir-faire. Assurer la transmission d’entreprise permet donc d’éviter la cessation d’activité et donc des pertes d’emplois.

La transmission d’entreprise est un enjeu crucial pour Bruxelles pour deux raisons : 

Sur plusieurs points, notre modèle social ne répond pas aux défis actuels. Une possibilité pour répondre à ses limites : l’innovation sociale.

Dans notre modèle social, l’Etat confie au privé à but non lucratif l’organisation de la quasi-totalité de l’offre de services sociaux, en la régulant avec lui.  Ce système est un foyer de tensions et contradictions mais possède un dynamisme et une capacité d’innovation. Il permet de créer de nouvelles solutions à de nouvelles problématiques.

2016 approche et les lignes politiques pour l’année prochaine se définissent. En ce qui concerne l’économie, la Région bruxelloise maintiendra ses efforts et continuera de déployer différents chantiers au profit de la création de richesses et d’emplois.

 

Après d’autres grandes villes européennes comme Bordeaux, Amsterdam, Gand… mais avant Paris, Bruxelles a créé son piétonnier. Lancé en grandes pompes par la Ville de Bruxelles avant les vacances d’été, le piétonnier est, à l'heure actuelle, au cœur de toutes les attentions. Aujourd’hui, il convient de poser une analyse fine de l’impact du piétonnier sur le développement des commerces.

Suite au conclave budgétaire, le Gouvernement bruxellois a opéré des choix ambitieux pour concrétiser la mise en place d’une politique audacieuse de soutien à l’entreprise à Bruxelles. Et ce, tout en simplifiant la cartographie des structures publiques. Ce mardi 20 octobre 2015, le Ministre Didier Gosuin présente la réforme.  

A l’occasion du conclave budgétaire qui s’est tenu ces 17 et 18 octobre 2015, le Gouvernement bruxellois, sur proposition du Ministre de l’Economie et de l’Emploi, Didier Gosuin, a décidé de maintenir le prix du titre-service à 9€ durant toute la durée de la législature et de diminuer la déductibilité fiscale de moitié, passant de 30 % à 15%. Néanmoins, cette diminution est compensée par une diminution de 0,5% de l'impôt sur les revenus du travail. 

Indépendamment du jeu, le gaming concerne des applications et des éléments de réalité virtuelle qui servent à de nombreux autres secteurs, comme la santé. A Bruxelles, de plus en plus d’entreprises voient le jour dans ce domaine.

Mardi 22 septembre s’est tenue une journée d’étude consacrée au développement économique généré par Brussels Airport, à l’initiative des interlocuteurs sociaux du SERV, du Conseil économique et social de la Région bruxelloise et du RESOC Vlaams-Brabant. Une première dans l’histoire de l’aéroport dont les impacts tant économiques qu’environnementaux dépassent les seules frontières de Zaventem.